Texte manuscrit et inédit d’Yves Person, 1978 (Communiqué par Roland Colin )

Texte manuscritCopie PDF du texte, cliquez ici

 

« L’Afrique est ouverte aujourd’hui à des interventions et à des agressions se réclamant d’idéologies et d’impérialismes opposes parce qu’elle n’a pas réussi à fonder une cohérence nouvelle et à construire des systèmes qui lui soient propres depuis la décolonisation.

Celle-ci n’a entrainé aucune rupture avec l’ordre colonial et sa logique, mais seulement des changements d’équipe. Les nouveaux dirigeants africains, obsédés par la logique de l’état-Nation et le productivisme n’ont pas osé rendre l’initiative à leurs peuples, qu’ils craignaient comme des barbares intérieurs. Se trouvant ainsi en état de faiblesse, ils y ont remédié en cherchant l’appui du monde extérieur, qu’il s’agisse ou non de l’ancien colonisateur. En sacralisant l’état, ils rendaient leurs problèmes intérieurs insolubles et bloquaient toute évolution vers l’unité africaine. Morcelée en de nombreux états, généralement beaucoup trop petits, l’Afrique noire se trouve ainsi incapable de se développer, d’affronter le monde mondial et souvent de résister au moindre coup de [vent ?] Incapable aussi d’aider à hâter la chute des régimes racistes qui subsistent au sud du continent.

Beaucoup de ses régimes évoluent alors, plus ou moins fortement, vers des despotismes corrompus et sanglants.

Étant donné l’importance de ses richesses, elle devient alors le théâtre des interventions extérieures, qui soutiennent ou attaquent tel ou tel régime, per pur opportunisme et sans tenir compte de son adéquation aux besoins et aux désirs des peuples. Cela est vrai quelle que soit l’idéologie invoquée.

On voit ainsi Cuba soutenir en Guinée équatoriale la plus sanglante dictature de notre temps, puis mettre en place en Angola un régime remarquablement stalinien.

De son côté, au nom d’un remarquable impérialisme religieux, on voit la Libye soutenir par tous les moyens le dictateur Amin Dada en Uganda, puis s’efforcer de détruire le Tchad en profitant du caractère faible et incertain, mais nullement dictatorial du général Malloum. Ici une population non musulmane se voit menacée dans son identité collective par les musulmans que des dirigeants [tarés ?] avaient auparavant honteusement brimés au nom de l’idéologie de la république une et indivisible que la France leur avait enseignée.

La solution ne saurait être ni de soutenir des régimes odieux (ce qui est le cas du Zaïre, mais non du Tchad) comme ……. [ligne manquante sur la photocopie] ni de laisser ceux-ci imposer de nouveaux impérialismes religieux ou politiques à l’Afrique. Encore moins de soutenir les régimes racistes de l’Afrique du sud.

Il faut aider l’Afrique à s’unifier, à s’entr’aider et à rechercher des voies proprement africaines. Des socialistes devraient le faire. S’il faut dénoncer l’ambiguïté des démarches et le piège où elles s’enferment, il faut cependant admettre qu’elles répondent parfois à la nécessité de faire face à des urgences (au Shaba, mais aussi au Tchad où la Libye a fait violer outrageusement un cessez-le-feu à peine conclu). Mais cela ne remplace pas une politique plus large.

 

L’alignement total du PC sur les positions soviétiques à un moment où l’équilibre mondial paraît totalement remis en cause, est extrêmement inquiétant et les socialistes devraient le dire clairement.

Il faut essayer de renverser d’urgence les gouvernements les plus corrompus et les plus despotiques, ainsi que les pouvoirs racistes d’Afrique du Sud, mais pour mettre en place de véritables démocraties et non des dictatures qui déshonorent le nom du socialisme comme en Angola, sinon en Ethiopie. » Yves Person


Publié par

marina lafay

socio-anthropologue, africaniste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *