Yves Person historien

Ce carnet est dédié à l’oeuvre de l’historien Yves Person.

Alors que trente années se sont écoulées depuis sa mort survenue en 1982, à l’âge de 57 ans, l’idée d’un blog et d’un colloque international dédiés à son œuvre s’est imposée.

Yves Person a été Professeur d’histoire de l’Afrique à l’Université Paris Panthéon-Sorbonne, la première université en France qui a fait place à l’histoire de l’Afrique dans ses enseignements. Il y a été directeur du Centre de recherches africaines à une époque où l’on assistait véritablement au démarrage puis à la percée de l’histoire de l’Afrique dans les enseignements universitaires.

L’objectif est tout d’abord de faire connaître son œuvre d’historien, qui porte notamment sur la zone sahélienne en Afrique de l’Ouest, localisable en Guinée et au Mali actuels. Il est l’auteur d’une somme de près de 2 500 pages, intitulée « Samori ».

Jusque-là l’histoire de l’épopée de Samori n’était connue que dans sa dernière phase : l’affrontement avec l’armée coloniale française et la capture de Samori en 1898, les sources étant fournies essentiellement par les archives militaires coloniales. Person a sorti de l’ombre la construction par Samori d’un Etat dont il a suivi les l’édification année par année, à partir du 2ème quart du XIXe siècle. Pour cela il s’est fait administrateur colonial, ce n’est pas le moindre paradoxe, se faisant nommer successivement dans les postes qui se trouvaient sur l’itinéraire du conquérant Samori, et collectant les témoignages des « connaisseurs d’histoire » locaux, pour reprendre l’expression d’Ahmadou Hampaté Bâ.

Il est donc un pionnier dans l’exploitation des sources orales et aussi dans l’écriture d’une histoire vue de l’intérieur, et non plus uniquement par le biais des sources européennes (qu’il a d’ailleurs su exploiter à fond). Le ressort fondamental de sa conception et de sa pratique de l’histoire – une histoire très ouverte sur l’anthropologie – tient au fait qu’il était essentiel, à ses yeux, de faire sortir de l’ombre, dans leur diversité, les acteurs de l’histoire en se référant à leur parole, comprise dans leur langue, leur culture et leur position sociale. D’origine bretonne, attaché à sa terre natale, il a également mené des recherches sur la question des minorités culturelles, à la fois en Afrique et en Bretagne.

Enfin Yves Person a formé beaucoup de chercheurs africains et leur a donné une large place, nouant avec nombre de ceux-ci un dialogue ininterrompu. Il était et demeure fort connu, en particulier en Afrique de l’Ouest.

Ce blog se propose surtout de mettre son œuvre en perspective en la confrontant aux travaux effectués depuis lors en histoire de l’Afrique.
Car il apparaît comme un ouvreur de voies dont l’apport scientifique semble particulièrement précieux à l’heure où la nécessité s’affirme de pratiquer des liens entre différentes disciplines à l’œuvre pour rendre compte des mutations du monde contemporain.


Publié par

marina lafay

socio-anthropologue, africaniste