Yves Person et la collecte des sources orales en Afrique (1955-1962)

Yves Person et la collecte des sources orales en Afrique (1955-1962)

Billet publié par Elara Bertho (ENS de Lyon)

Yves Person est surtout connu pour son immense thèse d’histoire sur Samori. Mais son travail de recherche l’a également amené à récolter des traditions orales relatives à la colonisation. Ses archives personnelles déposées à la BRA (Bibliothèque de Recherches Africaines, Centre Malher) en rendent compte et un aspect méconnu d’Yves Person apparaît alors à la lecture de ces documents : il était également un infatigable collecteur de récits et de témoignages oraux. Il n’a jamais théorisé dans ses ouvrages scientifiques ses méthodes d’enquête ou son questionnaire. Deux textes seulement y font référence : l’introduction de la thèse Samori, une révolution dyula (tome I) qui valorise l’apport des sources orales pour l’historiographie, face aux archives coloniales, et la bibliographie du tome III (section IV, « Témoignages et traditions orales ») qui présente la liste des personnes interrogées et un bref descriptif des quatorze informateurs privilégiés qu’Yves Person a côtoyé sur le long terme.

Il avait cherché, avant tout, des témoignages de survivants, les « mémoires vives » de la colonisation, et ses notes de terrain, classées par cercles administratifs (Beyla, Sikasso, Kouroussa…), révèlent ce long travail d’enquête mené au fil de ses tournées, en tant qu’administrateur colonial, de 1955 à 1962. Néanmoins, il apparaît clairement que ses archives contiennent bien plus que des mémoires individuelles. D’une part, ces récits ont toujours été donnés sous le contrôle du groupe (Yves Person constate en effet dans sa bibliographie « dans la grande majorité des cas, je n’ai pas eu affaire à un interlocuteur, mais à un petit groupe d’hommes influents qui écoutaient leur porte-parole et n’hésitaient pas à le corriger et à discuter avec lui ») : il s’agit donc toujours déjà de constructions collectives du passé, contrôlées et attestées par un groupe. D’autre part, de nombreux textes ont une réelle valeur littéraire, échappant à la simple appellation de « témoignage ». Pour certains interlocuteurs en effet, dont les quatorze informateurs dits « privilégiés », Yves Person a pratiqué une méthode d’enquête intensive. Karamogho Kuyaté, Sidiki Konaté, Babu Kondé, par exemple, ont donc pu lui livrer, sur plusieurs séances, l’histoire de leur clan, de leur région, ou bien l’histoire légendaire du roi Sundiata Keita luttant contre Sumaworo Kanté. D’autres interlocuteurs, enfin, comme Tidiane Dem et Djiguiba Kamara, ont produit des textes tapuscrits où les récits ont été mis en forme par leurs auteurs. Ces textes parfois très longs sont des documents inestimables, non seulement pour apprécier l’aura de Samori, mais également pour comprendre la perception de la colonisation, de manière bien plus large.

Le travail d’enquête de l’historien s’est donc doublé d’une pratique de collecte de traditions orales et de tapuscrits inédits, relatifs à la colonisation. Les archives du « fonds Person » de la BRA reflètent cette facette peu connue d’Yves Person : la recherche et la préservation de la mémoire orale de la Guinée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *