Relire Yves Person. L’État-nation face à la libération des peuples africains

Textes réunis par Charles Becker, Roland Colin, Liliane Daronian et Claude-Hélène Perrot

Paris, IMAF – Présence Africaine, 2015, 463 p. ISBN : 978-2-7087-0887-7

person3 - COUVFinale++++

Yves Person, né en 1925, historien, professeur à l’Université Paris I, Panthéon–Sorbonne, est décédé brutalement en 1982, laissant une œuvre de première importance. Artisan résolu d’une « histoire africaine de l’Afrique », selon l’expression de Georges Balandier, il s’y est engagé en donnant la parole aux acteurs de l’histoire, dans leur contexte social et leur culture. Il rompait ainsi avec l’historiographie coloniale, marquée par l’idéologie de l’État-nation coupé des peuples. Son œuvre majeure, Samori, une révolution dyula, (1968, 1970, 1975), en a été l’expression internationalement reconnue.

De nombreux écrits, articles de revues, actes de colloques, dont l’accès est souvent malaisé, ont éclairé bien au‐delà son apport scientifique et ses engagements militants.

À la suite d’un colloque international consacré à son œuvre, tenu à Paris en juin 2013, Présence Africaine, invitant à « Relire Yves Person », présente une sélection de textes importants rassemblés par un groupe éditorial scientifique, qui rejoint au plus vif les problèmes du présent, à l’heure où se cherchent de nouveaux équilibres entre les identités sociales et culturelles et la solidarité mondiale.

Table des matières

Remerciements, p. 5

Note des éditeurs, p. 6

Portrait d’Yves Person, par son fils, Joël Person, p. 7

Préface, Yves Person, historien en lutte par Georges Balandier, p. 9-12

Avant-propos. Yves Person historien de l’Afrique engagé dans son temps. Paroles de compagnon et en-seignements d’un héritage par Roland Colin, p. 13-24

Yves Person et la renaissance des cultures et des sociétés africaines par Christophe Wondji, p. 25-38

Yves Person, historien de l’Afrique engagé dans son temps : des textes fondateurs, p. 39-46

Ouverture, p. 47

Pourquoi l’Afrique et pourquoi Samori ?

Samori : exposé de soutenance de la thèse d’Yves Person, p. 49-62

Un texte fondateur : le modèle français de l’État-nation

La France incréée, p. 63-75

Première partie. Des questionnements nouveaux
Le modèle de l’État-nation et son imposition à l’Afrique, p. 77

Les contradictions du nationalisme étatique en Afrique noire, p. 79-99

La France et l’Afrique noire : histoire d’une aliénation, p. 101-125

Histoire de l’Afrique noire depuis l’Indépendance, p. 127-156

L’Afrique noire et ses frontières, p. 157-179

Eus ar c’holonisañ galleger d’an newez-kolonialism, p. 180-185

Du colonialisme francophone au néo-colonialisme, p. 186-190

Deuxième partie. L’impérialisme linguistique, p. 191

Langue et pouvoir, p. 193-206

Impérialisme linguistique et colonialisme, p. 207-229

Langues africaines et décolonisation, p. 231-242

Mort des langues africaines ?, p. 243-248

Troisième partie. La démocratie et le développement à partir des peuples :
socialisme et défense des nationalismes, p. 249

Réflexions sur Marx et le socialisme africain, p. 251-273

Idéologie et histoire sud-africaines, p. 275-307

Les syndicats en Afrique noire, p. 309-331

Race, nation et classe : la question nationale dans le Parti Communiste d’Afrique du Sud (1921-1932), p. 333-357

Pour un socialisme des peuples dans la Corne de l’Afrique, p. 359-381

L’OUA ou une décennie d’épreuves pour l’unité, p. 383-411

État et nation en Afrique noire, p. 413-434

Bibliographie des travaux d’Yves Person, p. 435-459

Note sur les auteurs, p. 461

Table des matières, p. 462-463

Les communications du Colloque

Les Communications du Colloque international Yves Person (1925-1982)
Un historien de l’Afrique engagé dans son temps
20-21 juin 2013

Séance d’ouverture

Allocution de Philippe BOUTRY, Président de l’Université Paris 1 – Panthéon – Sorbonne

Allocution de Pierre BOILLEY, Directeur du CEMAf

Allocution de Claude-Hélène PERROT, pour le Comité de Pilotage
lire le document

Allocution de M. Le Représentant de l’UNESCO et lecture du Message de Madame Irina BOKOVA, Directrice générale de l’UNESCO

Introduction de Roland COLIN
« Une biographie d’Yves Person : un intellectuel et son engagement social »
COLIN

Session 1 « Samori »

Séance animée par Théodore Nicoué GAYIBOR

Thématique : « Samori, le livre »

• Bertrand HIRSCH Professeur à l’Université Paris 1 – Panthéon – Sorbonne : « Le Samori d’Yves Person : histoire d’une réception »

• Elara BERTHO : « Fictions littéraires et récits historiques de la capture de Samori : archéologie d’une fabrique de héros »

• Martin KLEIN, Professeur Émerite, University of Toronto : « The Siege of Sikasso and the Wasulu Revolt : The Beginning of the End »

• Idrissa BA, UCAD, Dakar, Sénégal : « L’art de la guerre de l’almamy Samori Touré (vers 1830-1900) vu et analysé par Yves Person (1925-1982) »

Séance animée par Martin KLEIN

Thématique : « Les guerres de Samori et leurs conséquences »

• Julie d’ANDURAIN, Chargée de cours, Université Paris 1 – Panthéon – Sorbonne, enseignante à l’école militaire : « Yves Person et le traitement du fait guerrier en Afrique : la fin du XIXe siècle »

• Emmanuel TERRAY, EHESS : « Les Abron du Gyaman (Côte-d’Ivoire) et Samori »

• Chikouna CISSÉ, Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan. En résidence à l’IEA de Nantes : « Les guerres hégémoniques de Samory dans les savanes ivoiriennes et l’exode des Malinké vers la zone forestière à la fin du XIXe siècle »

• Ibrahima THIOUB, UCAD, Dakar : « La formation des sociétés esclavagistes en Afrique de l’Ouest : une conséquence de l’abolition de la traite atlantique ? »

• David ROBINSON, Michigan State University : « Une fatwa pour Ahmad al-Kabir face aux défis de ses frères »

Session 2 « Yves Person historien »

Séance animée par Emmanuel TERRAY

Thématique : « Dans l’aire touchée par les conquêtes samoriennes »

• Aly Gilbert IFFONO : « Étape guinéenne de l’itinéraire d’Yves Person »

• Bernard SALVAING et Alpha Mamadou Lelouma DIALLO, Professeur à l’Université de Nantes et chercheur indépendant à Genève : « Entre Kankan, Timbo, Labé et Touba en Guinée : l’islam aux XVIIIe et XIXe siècles, entre tradition suwarienne et tradition de djihad guerrier »

• Ismaël BARRY, Université G.L.C. de Sonfonia, Conakry, Guinée : « Yves Person et l’historiographie du Fouta Djallon »

• Tal TAMARI, CEMAf : « Yves Person et les Mandingues »

• Gilbert GONNIN, Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan : « Les Mandé sud de Côte-d’Ivoire dans Samori, une révolution dyula de Yves Person : une histoire des minorités »

Séance animée par Bertrand HIRSCH

Thématique : « Yves Person, prospecteur de nouveaux terrains »
Thématique : « À propos des sources orales »

• Boubacar Barry, UCAD, En Hommage au Professeur Yves Person

• Claude-Hélène PERROT, CEMAf : « Yves Person et l’intégration des religions dites traditionnelles dans le territoire de l’historien »

• Monique CHASTANET, CEMAf : « Rois et marabouts en pays soninké (haut Sénégal) entre le Moyen Âge et la fin de la traite atlantique »

• Jean-Paul COLLEYN, Ceaf, EHESS : « Yves Person, une anthropologie historique matérialiste en pleine ère griaulienne »

• Catherine COQUERY-VIDROVITCH, Professeur émérite Université Paris Diderot : « Yves Person, l’un des fondateurs de l’école historique française sur l’Afrique »

• Fabio VITI, Université de Modena e Reggio Emilia : « Pour (ne pas) en finir avec les sources orales »

• Théodore Nicoué GAYIBOR, Université de Lomé, Togo : Qui sont les Gan d’Obire ? »

Session 3 « Contacts Islam – Religions traditionnelles en Afrique de l’Ouest »

Séance animée par Marie-Laure DERAT

Thématique « Contacts Islam – Religions traditionnelles en Afrique de l’Ouest »

• Henriette DIABATÉ, historienne, Grande Chancelière de Côte-d’Ivoire, « Femme et pouvoir politique chez les Agni Sanvi »

• Bourahima BAKAYOKO, Conservateur d’Archives, CNPS-Côte-d’Ivoire. : « L’assimilation de croyances et rites Bamana par l’Islam : cas de l’excision chez les Malinké d’Odienné. (XVIe-XXe siècle) »

• Mamadou BAMBA, Université de Bouaké, Côte-d’Ivoire : « Marabadiassa : une cité musulmane en pays baoulé »

• Sékou BAMBA, Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan : « L’Islam chez un peuple akan : les Anofwε de la Côte-d’Ivoire. »

• Badjow TCHAM, Université de Lomé, Togo : « Systèmes politiques africains et impact de l’Islam à la veille de la conquête coloniale : le cas de Mango au Togo »

• Brahima OUATTARA, Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan : « Les Jula et l’expansion de l’islam en Afrique de l’Ouest au XIXe siècle : le cas de la Côte-d’Ivoire »

Session 4 « Yves Person et le respect des minorités culturelles »

Séance animée par Pierre VERMEREN

• Henri GIORDAN, Directeur de recherches honoraire, CNRS : « À propos de l’impérialisme linguistique » (présenté au Colloque de Brest)

• Jean-Jacques MONNIER, historien : « Yves Person et la Bretagne »

• Tiona OUATTARA, Directeur de recherches, Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan : « Yves Person, langues, cultures et identités en Afrique : le cas de la culture des Sénoufo de Côte-d’Ivoire »

• Yves PLASSERAUD, IEP, Paris : « Yves Person et les minorités culturelles dispersées »

Session 2 (suite) « Yves Person historien »

Séance animée par Camille LEFEBVRE

Thématique : « Hors champ samorien »

• Rosario GIORDANO, Università della Calabria, Italie : « Articulation oralité-écriture et invention de la tradition. Le cas du royaume de Porto-Novo (Hogbonu) »

• Ilaboti DIPO, Université de Kara, Togo, « Islam et croyances ancestrales chez les Anoufom de Sansanne Mango (Nord-Togo) de 1800 à 1960 »

• Charles de LESPINAY, Université de Paris-Ouest Nanterre : « Yves Person et les Biyobè du Togo à l’épreuve du temps (1955-2004) »

Session 5 « Évolutions contemporaines : XIXe-XXe siècles »

Séance animée par Pierre BOILLEY

• Françoise BLUM, Université Paris 1 – Panthéon – Sorbonne : « Syndicalisme panafricain : l’exemple de l’Union panafricaine des travailleurs croyants »

• Gaëtan FELTZ, Université d’Antananarivo – Madagascar : « La dichotomie État-nation et cultures africaines, telle que la percevait Yves Person à travers ses écrits et certaines réflexions personnelles »

• Gian Paolo CALCHI-NOVATI, Université de Pavia et Ispi, Milan : « Les frontières des anciens Empires à l’épreuve de la décolonisation »

• Émile MWOROHA, historien, Université de Bujumbura, « L’historien Yves Person à la découverte du patrimoine culturel et historique de l’ancien royaume du Burundi »

Session conclusive, présidée par Boubacar BARRY

– Interventions

– Propositions pour la suite à donner au Colloque par Charles BECKER

Message du Professeur Georges BALANDIER, lu à la clôture du Colloque international
BalandierCloturePerson

Allocution de Pierre VERMEREN, Professeur à l’Université Paris 1 – Membre du CEMAf lors de soirée festive à l’Ecole Prépart, à la fin du Colloque VermerencloturecolloquePERSON

« De la Bretagne au monde » / « Euz Breizh d’ar bed » : suite du colloque, le 28 juin à BREST. Avec Ar Falz qui fêtera ses 80 ans!

Voici le programme de cette formidable journée en Bretagne autour d’Yves/ Erwan Person!

28 juin, Faculté Victor Ségalen, BREST

Avec le soutien de la Région Bretagne

 

Pour consulter le programme et vous inscrire : Cliquez ici 

(Possibilité de prendre des repas sur place, s’inscrire avant le 10 juin)

 

« La chimère se défend » : la réponse d’Y.Person au livre de David Henige sur la validité des sources orales

lien La chimère se défend.

Yves Person   lien Cahiers d’études africaines  lien   Année   1976   lien Volume   16   lien Numéro   61-62   lien pp. 405-408

 

Voir ici l’article sur Persée

Quelques cartes d’Yves Person

Les cartes suivantes d’Yves Person ont été publiées en 1990, dans Cartes historiques de l’Afrique manding (Fin du 19e siècle). Samori. Une révolution dyula, Présentation par Charles de Lespinay,  Paris, IFAN, Centre de Recherches africaines, 2 p., 44 cartes.

 

Carte 19 « La frontière du Sud-Est »

Carte 20 « L’organisation territoriale avant 1888 »

Carte 21 « La montée de la révolte 1887-1888 »

Carte 22 « La répression avant Archinard »

Carte 23  » La répression après Archinard »

Carte 24 « La répression dans le Sud-Est »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Yves Person et la collecte des sources orales en Afrique (1955-1962)

Yves Person et la collecte des sources orales en Afrique (1955-1962)

Billet publié par Elara Bertho (ENS de Lyon)

Yves Person est surtout connu pour son immense thèse d’histoire sur Samori. Mais son travail de recherche l’a également amené à récolter des traditions orales relatives à la colonisation. Ses archives personnelles déposées à la BRA (Bibliothèque de Recherches Africaines, Centre Malher) en rendent compte et un aspect méconnu d’Yves Person apparaît alors à la lecture de ces documents : il était également un infatigable collecteur de récits et de témoignages oraux. Il n’a jamais théorisé dans ses ouvrages scientifiques ses méthodes d’enquête ou son questionnaire. Deux textes seulement y font référence : l’introduction de la thèse Samori, une révolution dyula (tome I) qui valorise l’apport des sources orales pour l’historiographie, face aux archives coloniales, et la bibliographie du tome III (section IV, « Témoignages et traditions orales ») qui présente la liste des personnes interrogées et un bref descriptif des quatorze informateurs privilégiés qu’Yves Person a côtoyé sur le long terme.

Il avait cherché, avant tout, des témoignages de survivants, les « mémoires vives » de la colonisation, et ses notes de terrain, classées par cercles administratifs (Beyla, Sikasso, Kouroussa…), révèlent ce long travail d’enquête mené au fil de ses tournées, en tant qu’administrateur colonial, de 1955 à 1962. Néanmoins, il apparaît clairement que ses archives contiennent bien plus que des mémoires individuelles. D’une part, ces récits ont toujours été donnés sous le contrôle du groupe (Yves Person constate en effet dans sa bibliographie « dans la grande majorité des cas, je n’ai pas eu affaire à un interlocuteur, mais à un petit groupe d’hommes influents qui écoutaient leur porte-parole et n’hésitaient pas à le corriger et à discuter avec lui ») : il s’agit donc toujours déjà de constructions collectives du passé, contrôlées et attestées par un groupe. D’autre part, de nombreux textes ont une réelle valeur littéraire, échappant à la simple appellation de « témoignage ». Pour certains interlocuteurs en effet, dont les quatorze informateurs dits « privilégiés », Yves Person a pratiqué une méthode d’enquête intensive. Karamogho Kuyaté, Sidiki Konaté, Babu Kondé, par exemple, ont donc pu lui livrer, sur plusieurs séances, l’histoire de leur clan, de leur région, ou bien l’histoire légendaire du roi Sundiata Keita luttant contre Sumaworo Kanté. D’autres interlocuteurs, enfin, comme Tidiane Dem et Djiguiba Kamara, ont produit des textes tapuscrits où les récits ont été mis en forme par leurs auteurs. Ces textes parfois très longs sont des documents inestimables, non seulement pour apprécier l’aura de Samori, mais également pour comprendre la perception de la colonisation, de manière bien plus large.

Le travail d’enquête de l’historien s’est donc doublé d’une pratique de collecte de traditions orales et de tapuscrits inédits, relatifs à la colonisation. Les archives du « fonds Person » de la BRA reflètent cette facette peu connue d’Yves Person : la recherche et la préservation de la mémoire orale de la Guinée.

Ngolo Jara, un article d’Yves Person

Cet article, « Ngolo Jara (+ c. 1790) ou La force de Ségou », est paru en 1978, dans la Collection Les Africains, tome 10, Paris, éditions Jeune Afrique, pp. 273-309.

 

La Collection Les Africains a été publiée sous la direction de Charles-André Julien, Magali Morsy, Catherine Coquery-Vidrovitch et Yves Person.

 

Nous remercions vivement les éditions Jeune Afrique de nous avoir autorisé à poster ce document sur le blog dédié à Yves Person.

 

Yves Person a collaboré régulièrement avec Jeune Afrique.
Pour lire l’article, cliquez ici svp!

 

 

 

 

Samori, un article d’Yves Person

Yves Person a collaboré régulièrement avec Jeune Afrique.

Cet article, « Samori, construction et chute d’un empire », est paru en 1977, dans la Collection Les Africains, tome 1, Paris, éditions Jeune Afrique, pp. 249-286.

La Collection Les Africains a été publiée sous la direction de Charles-André Julien, Magali Morsy, Catherine Coquery-Vidrovitch et Yves Person.

Cliquez ici pour lire le document!

Nous remercions vivement les éditions Jeune Afrique de nous avoir autorisé à poster ce document sur le blog dédié à Yves Person.

 

 

Un article de Christophe Wondji sur Yves Person

L’article de Christophe WONDJI, « Yves Person et la renaissance des cultures et des sociétés africaines », est paru dans Présence africaine, n° 129, 1er trimestre 1984, p. 38-52.
Nous remercions les éditions Présence africaines de nous avoir autorisé à publier la version numérique ce texte.

Lire le texte : WONDJI-PERSONok+

Le programme du colloque bientôt en ligne : à vos agendas pour réserver les 20 et 21 juin !

Dans quelques jours le programme du colloque sera en ligne!      

Réservez déjà vos journées du 20 et 21 juin 2013 (à partir de 9h), au CEMAf, 9 rue Malher Paris 4 ème. Métro Saint Paul.

 

Bretagne, Afrique, Samori, Mande, minorités, langues, Continuer la lecture de Le programme du colloque bientôt en ligne : à vos agendas pour réserver les 20 et 21 juin !

Liste d’étudiants et chercheurs ayant travaillé sous la dir. de Y. Person de 1981 à 1982 (maîtrises,DEA, doctorats de 3e cycle et d’État)

ÉTUDIANTS ET CHERCHEURS ayant travaillé sous la direction de Yves Person de 1981 à 1982 (maîtrises, doctorats de 3e cycle, doctorats d’État)

Ce catalogue a été réalisé par le CA URI sous la responsabilité de M. Falilou DIALLO. Il est organisé selon les niveaux de formation: maîtrise, troisième cycle, doctorat d’État.

Dans chaque section on trouvera: 1) la liste des étudiants par année; 2) la liste des étudiants et de leurs travaux (ordre alphabétique).

Les archives dont dispose le C.R.A. n’ont pas permis de remonter plus haut que 1971. Nous nous en excusons très vivement auprès de tous les chercheurs qui ont travaillé avant cette date, sous la direction d’Yves Person.

1 – MAÎTRISES D’HISTOIRE, 1976-1982

Liste des étudiants. 1976-1977

BAH Abdourahmane*, DRIDI ép. LABIDIManoubiaNajet*, N’DIAYE Mariam*, NIANG Papa*, NZIMBOU Clément*.

1977-1978
CISSOKO Ibrahim, DABLE Zietto, DOUNAMOU Abou, HOURS Claude, IBINGA-MBADINGA Hyacinthe, JAUNATRE ép. CHAVES PALHARES Colette, KEITA Ibrahima*, KPOLO Mapri*, LANZA EDINDALI Doodoo, MENDY François, NIANG Papa Konaré*, OUA TT ARA Amadou, PINTO Joëlle, RA TOVOHERIZO Frank Tania, SADJI Marie, SOW N’Deye Kumba, ZEVOUNOU Irénée.

1978-1979
CAMARA Youssouf, CISSOKO Ibrahim, GUEBRE SEILASSIE Frehote, GUIRO Dominique*, KEITA Ibrahima*, KOUNDOUNO Bruno, KOUTADISSA Anne-Antoinette, NGANGUE Éric, SALL Tamsir.

1979-1980
BALDUCCHI Jacqueline *, DIALLO Falilou, DIANE Djiba, JOHNSON Ginette, KOUT ADISSA Anne-Antoinette, LABOUNE Jacques*, MOUSSA Attoumani, N’DJEHOY A Blaise.

1980-1981
AGUEMON Aimé-Claude, BARANDAO Kufona Kpatigu, BEGUE Alain, COQUEREL Jean-Paul, D’ANGIOLO Marie-Christine, FEKI Abderrazak*, FRANCHE Dominique*, LIMA Nicole, MOUSSA Attoumani, NIANG Mbagne Diop. Continuer la lecture de Liste d’étudiants et chercheurs ayant travaillé sous la dir. de Y. Person de 1981 à 1982 (maîtrises,DEA, doctorats de 3e cycle et d’État)

Argumentaire et thématiques du colloque

Argumentaire du colloque

Ce colloque international, à l’initiative de ses collègues et de ses anciens élèves, a pour objet d’effectuer un retour à Yves Person et à son oeuvre d’historien de l’Afrique alliant à une exploitation rigoureuse des archives celle des sources orales.

Le ressort fondamental de sa conception et de sa pratique de l’histoire tient au fait qu’il était essentiel, à ses yeux, de faire sortir de l’ombre, dans leur diversité, les acteurs de l’histoire en se référant à leur parole, comprise dans leur langue, leur culture et leur position sociale, donnant ainsi droit de cité à l’histoire vue du dedans.

Par delà une méthodologie novatrice de recours aux sources orales, jusque là négligées, voire méprisées par les historiens de métier, Yves Person militait pour le respect des langues et des cultures marginalisées ou occultées, sans se limiter au continent africain.

S’il affirmait le respect dû aux communautés dans leur diversité, en bon historien il était méfiant à l’égard du communautarisme et hostile à tout ethnocentrisme. Chez Yves Person les engagements politiques et les prises de position scientifiques s’articulaient avec cohérence.

Il s’agit également de situer cette oeuvre par rapport aux études mandingues d’aujourd’hui, notamment anglophones.

Les grands thèmes suivants, permettront d’apprécier Continuer la lecture de Argumentaire et thématiques du colloque

Texte manuscrit et inédit d’Yves Person, 1978 (Communiqué par Roland Colin )

Texte manuscritCopie PDF du texte, cliquez ici

 

« L’Afrique est ouverte aujourd’hui à des interventions et à des agressions se réclamant d’idéologies et d’impérialismes opposes parce qu’elle n’a pas réussi à fonder une cohérence nouvelle et à construire des systèmes qui lui soient propres depuis la décolonisation.

Celle-ci n’a entrainé aucune rupture avec l’ordre colonial et sa logique, mais seulement des changements d’équipe. Les nouveaux dirigeants africains, obsédés par la logique de l’état-Nation et le productivisme n’ont pas osé rendre l’initiative à leurs peuples, qu’ils craignaient comme des barbares intérieurs. Se trouvant ainsi en état de faiblesse, ils y ont remédié en cherchant l’appui du monde extérieur, qu’il s’agisse ou non de l’ancien colonisateur. En sacralisant l’état, ils rendaient leurs problèmes intérieurs insolubles et bloquaient toute évolution vers l’unité africaine. Morcelée en de nombreux états, généralement beaucoup trop petits, l’Afrique noire se trouve ainsi incapable de se développer, d’affronter le monde mondial et souvent de résister au moindre coup de [vent ?] Incapable aussi d’aider à hâter la chute des régimes racistes qui subsistent au sud du continent. Continuer la lecture de Texte manuscrit et inédit d’Yves Person, 1978 (Communiqué par Roland Colin )

Yves Person, Tradition orale et chronologie, in Cahiers d’études Africaines, 1962

01 Tradition orale et chronologie

Yves Person   lien Cahiers d’études africaines  lien   Année   1962   lien Volume   2   lien Numéro   7   lien pp. 462-476

Cliquez ici pour lire l’article

 

Comités de parrainage et scientifique du colloque « Person » (juin 2013), l’appel à contribution

portrait-papa-1.jpg

Cliquez ici pour lire l’appel à contribution.

(Cet appel est clos)

Comité de parrainage

  •  Georges BALANDIER (France), Sociologue-anthropologue, Professeur émérite, Université Paris Descartes
  •  Philippe BOUTRY (France), Historien, Président de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne
  • Catherine COQUERY-VIDROVITCH  (France), Historienne, Professeur émérite, Université Paris Diderot
  • Henriette DAGRI-DIABATÉ   (Côte-d’Ivoire), Historienne, Grande Chancelière de l’Ordre national de la République de Côte-d’Ivoire
  • Abdou DIOUF  (Sénégal), Secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie
  • Louis LE PENSEC  (France), ancien Ministre, ancien Député, ancien Sénateur
  • Elikia M’BOKOLO  (RDC) Historien, Directeur d’études à l’EHESS
  •  Amadou Mahtar MBOW (Sénégal), Ancien Directeur général de l’UNESCO, ancien Ministre du Sénégal
  •  Saliou NDIAYE (Sénégal), Historien, Recteur, Université Cheikh Anta Diop, Dakar
  •  David ROBINSON (USA), Historien, Professeur, Michigan State University

 Comité Scientifique

  •  Thierno Mouctar BAH (Guinée), Historien, Professeur émérite, Université de Yaoundé
  •  Boubacar BARRY (Sénégal), Historien, Professeur émérite, Université UCAD
  •  Charles BECKER (France), Anthropologue et Historien, Centre d’études africaines (CEAf)
  •  Hamady BOCOUM (Sénégal), Archéologue, Directeur de l’IFAN, Directeur du Patrimoine du Sénégal
  •  Pierre BOILLEY (France), Historien, Professeur à l’Université Paris Panthéon-Sorbonne. Directeur du CEMAf
  •  Monique CHASTANET (France), Historienne, chercheur CNRS, CEMAf
  •  Gérard CHOUIN (France), Historien, CEMAf, Directeur de l’IFRA-Nigeria
  •  Roland COLIN (France), Anthropologue, Economiste, ancien directeur de recherches, Université Paris 8
  •  Jean-Paul COLLEYN (France), Anthropologue, Directeur d’études, EHESS. Directeur du Centre d’études africaines (CEAf)
  •  Élisée COULIBALY (Burkina Faso), Archéologue,  Président de la Société des  Africanistes
  •  Marie-Laure DERAT (France), Historienne, chercheur CNRS, CEMAf
  •  Mamadou DIOUF (Sénégal), Historien, Directeur de l’Institut d’études africaines, Université Columbia
  •  François-Xavier FAUVELLE-AYMAR (France), Historien, Directeur de Recherches au CNRS, Toulouse
  •  Théodore Nicoué GAYIBOR (Togo), Historien, Professeur, Université de Lomé
  •  Bertrand HIRSCH (France), Historien, Professeur, Université Paris Panthéon-Sorbonne
  •  Nicole KHOURI (France), Maître de conférences, IEDES – CEMAf
  • Martin KLEIN (USA), Historien, Professeur émérite d’histoire africaine, Université de Toronto
  •  Kassim KONÉ (USA), Anthropologue, Associate Professor, State University of New York at Cortland, Président de « Mande Studies Association »
  •  Camille LEFEBVRE (France), Historienne, chercheur CNRS, CEMAf
  •  Peter MARK (USA), Historien, Directeur d’études, Wesleyan University.  Editeur du Journal of Mande Studies
  •  Émile MWOROHA (Burundi), Historien, Université de Bujumbura
  •  Claude-Hélène PERROT (France), Historienne, Professeur émérite, Université Paris Panthéon-Sorbonne
  •  Emmanuel TERRAY (France), Anthropologue, Directeur d’études à l’EHESS
  •  Ibrahima THIOUB (Sénégal), Historien, Professeur, Université Cheikh Anta Diop, Dakar. Directeur du Centre de Recherches sur les Traites et les Esclavages, Dakar
  • Pierre VERMEREN (France), Historien, Professeur, Université Paris Panthéon-Sorbonne, CEMAf

 

Yves Person historien

Ce carnet est dédié à l’oeuvre de l’historien Yves Person.

Alors que trente années se sont écoulées depuis sa mort survenue en 1982, à l’âge de 57 ans, l’idée d’un blog et d’un colloque international dédiés à son œuvre s’est imposée.

Yves Person a été Professeur d’histoire de l’Afrique à l’Université Paris Panthéon-Sorbonne, la première université en France qui a fait place à l’histoire de l’Afrique dans ses enseignements. Il y a été directeur du Centre de recherches africaines à une époque où l’on assistait véritablement au démarrage puis à la percée de l’histoire de l’Afrique dans les enseignements universitaires.

L’objectif est tout d’abord de faire connaître son œuvre d’historien, qui porte notamment sur la zone sahélienne en Afrique de l’Ouest, localisable en Guinée et au Mali actuels. Il est l’auteur d’une somme de près de 2 500 pages, intitulée « Samori ».

Jusque-là l’histoire de l’épopée de Samori n’était connue que dans sa dernière phase : l’affrontement avec l’armée coloniale française et la capture de Samori en 1898, les sources étant fournies essentiellement par les archives militaires coloniales. Person a sorti de l’ombre la construction par Samori d’un Etat dont il a suivi les l’édification année par année, à partir du 2ème quart du XIXe siècle. Pour cela il s’est fait administrateur colonial, ce n’est pas le moindre paradoxe, se faisant nommer successivement dans les postes qui se trouvaient sur l’itinéraire du conquérant Samori, et collectant les témoignages des « connaisseurs d’histoire » locaux, pour reprendre l’expression d’Ahmadou Hampaté Bâ.

Il est donc un pionnier dans l’exploitation des sources orales et aussi dans l’écriture d’une histoire vue de l’intérieur, et non plus uniquement par le biais des sources européennes (qu’il a d’ailleurs su exploiter à fond). Le ressort fondamental de sa conception et de sa pratique de l’histoire – une histoire très ouverte sur l’anthropologie – tient au fait qu’il était essentiel, à ses yeux, de faire sortir de l’ombre, dans leur diversité, les acteurs de l’histoire en se référant à leur parole, comprise dans leur langue, leur culture et leur position sociale. D’origine bretonne, attaché à sa terre natale, il a également mené des recherches sur la question des minorités culturelles, à la fois en Afrique et en Bretagne.

Enfin Yves Person a formé beaucoup de chercheurs africains et leur a donné une large place, nouant avec nombre de ceux-ci un dialogue ininterrompu. Il était et demeure fort connu, en particulier en Afrique de l’Ouest.

Ce blog se propose surtout de mettre son œuvre en perspective en la confrontant aux travaux effectués depuis lors en histoire de l’Afrique.
Car il apparaît comme un ouvreur de voies dont l’apport scientifique semble particulièrement précieux à l’heure où la nécessité s’affirme de pratiquer des liens entre différentes disciplines à l’œuvre pour rendre compte des mutations du monde contemporain.